top of page
  • Photo du rédacteurAtelier H.Audibert

En quoi l'IA ou intelligence artificielle fait évoluer la conception lumière ?

Dernière mise à jour : 15 mars

L'intelligence artificielle ou IA existait bien avant l’apparition des célèbres Chat GPT ou Mid Journey et du “ Deep Learning” au sens où la machine est désormais capable de comprendre, de prendre des décisions et de trouver des solutions par elle-même. 

L’"intelligence artificielle" est en réalité une discipline âgée d’une soixantaine d’années mêlant entre autres, sciences, statistiques, ingénierie, mathématiques et programme informatique dont les précurseurs étaient Alan Turing ou encore John Mccarthy.




En matière de mise en lumière, on pense davantage "l’intelligence" au sens de protocoles de programmations (et autres outils permettant une “imitation des capacités cognitives d’un être humain par une machine”). Ces différentes avancées technologiques, qui existent depuis plusieurs décennies déjà, se concrétisent dans différents domaines de mise en lumière :


Il y a tout d’abord la conception lumière “intelligente” qui n'est pas, pour autant, qualifiée d'intelligence artificielle. On entend par là, des systèmes d'éclairage alimentés par des protocoles qui peuvent ajuster automatiquement l'intensité, la couleur et la direction de la lumière en fonction des différentes données à prendre en compte comme la luminosité ambiante, la présence des personnes dans une pièce, l’utilisation du lieu, la chaleur émise du luminaire et son bon fonctionnement. On pense notamment au protocole Dali de son nom entier Digital Addressable Lighting Interface (en français interface d’éclairage de commande numérique) qui a largement contribué à modifier la manière de mettre en lumière les bureaux, celui des lieux d’enseignements, de production ou encore les éclairages publics. Ce procédé permet de modifier l’intensité lumineuse, les températures de couleur de plusieurs appareils en même temps et à distance en fonction des besoins et normes demandés ou des préférences des utilisateurs, selon une logique programmée dans un logiciel. L’Atelier H.Audibert a utilisé ce protocole dans de nombreux projets de conception lumière dont Saint-Lazare Grand Central. Des scenarii automatisés ont été conçus de sorte que le protocole DALI les déclenche selon la lumière naturelle et l’utilisation des locaux, via la détection de présence. Ces technologies offrent ainsi une “intelligence" relative bien avant celles dites artificielles. Cela a permis de classer le bâtiment en HQE Excellent et BREEAM Very Good et de répondre aux exigences de la norme RT 2012. 

 

On peut aussi faire appel à l'intelligence artificielle pour analyser les comportements des utilisateurs et optimiser l'utilisation de l'éclairage. Cela permet de réduire la consommation d'énergie et les coûts qu'elle peut engendrer. L’Atelier H.Audibert, de conception lumière, utilise fréquemment les détecteurs de présence voire l’extinction totale ou partielle, en cœur de nuit, dans certaines mises en lumière d’espaces publics pour limiter les coûts et l’impact environnemental sur la biodiversité. Sur un parking inclus dans le projet de rénovation et mise en lumière de la place de la gare de Goussainville, en collaboration avec l'Atelier Iris Chervet, l'Atelier H.Audibert a notamment mis un place un dispositif de détection et un abaissement de tension avec des leds couleur ambre de sorte à ne pas attirer les insectes volants. A l'approche de véhicules, à la nuit tombée, la luminosité et la température de couleur augmentent en simultanée pour permettre une bonne visibilité, un confort et la sécurité des usagers.



Depuis l'apparition du Deep Learning, l'intelligence artificielle ou IA dispose désormais de la capacité d’apprendre, de s’adapter, de créer des images mais aussi de répondre à des questions précises des utilisateurs transformant notre façon de travailler et de penser notre métier. A l'atelier H.Audibert, nous utilisons quotidiennement L’IA dans notre travail de conception lumière, notamment pour améliorer les visuels issus de photomontage, pour s’inspirer mais aussi pour créer des images de références sur mesure ou encore pour convaincre les interlocuteurs du concept lumière.  Par exemple, L’intégration des IA directement dans les logiciels de photomontage comme Photoshop permet de détourer un sujet, de faire disparaître un élément gênant de l’image (piéton, engin de chantier, voiture…) en un seul clic. Cela opère une réelle révolution dans le travail de conception lumière dans la mesure où ces actions pouvaient prendre plusieurs heures, il y a à peine quelques années. Nous avons découvert ces options lors de la relation d'un document de concours pour un projet collectif situé dans le sud de la France. Et depuis nous utilisons régulièrement ces outils comme dans le projet de la mise en lumière de la façade du Parlement européen. Mais également dans le cadre de la mise en lumière de l'église d'Appoigny (dont les visuels sont visibles ci-dessous). L'Atelier H.Audibert a en effet pu offrir un aspect texturé imitant un dessin au crayon projetés par Gobo, sur la façade de l'édifice.




L'équipe de concepteurs lumières maitrise, depuis des années déjà, tous les logiciels pour simuler la nuit et concevoir une mise en lumière. Lorsque l'un de nous utilise l'intelligence artificielle c'est essentiellement pour concevoir des visuels à partir d'une création réalisée sur Photoshop. Cela permet d’obtenir un rendu plus poétique loin d'un réalisme qui dessert parfois l'imaginaire dont notre métier se nourrit. L'utilisation des IA ou intelligence artificielle dans la conception lumière peut également aboutir à des effets lumineux parfois impossibles à avoir à partir des outils Photoshop dont les images sources sont trop peu détaillées voire trop “lisses” (notamment quand elles proviennent de 3D). 

Enfin, l'IA peut permettre aux salariés de se former rapidement à des logiciels parfois difficiles à manier comme blender mais aussi AutoCad, ou encore Rhino. En questionnant par exemple Chat GPT sur les techniques pour contourner les difficultés ou trouver des solutions appropriées. Cela permet également de disposer d'outils supplémentaires pour vérifier une norme en vigueur et son utilisation ou encore de rechercher des informations historiques pour répondre, de manière la plus précise, à un concours.  L’IA ou intelligence artificielle est donc fréquemment utilisée mais il va sans dire que nous ne nous contentons pas uniquement des informations trouvées via les IA et que nous recoupons toujours celles-ci en consultant d'autres sites ou ouvrages dont nous disposons, dans notre bibliothèque. Par ailleurs, l'intelligence artificielle est au cœur de la conception lumière depuis l'avènement de la domotique dans les bâtiments. Cette technologie ne cesse de se développer et de muter offrant régulièrement de nouveaux outils à disposition des concepteurs lumières et donc de l'Atelier H.Audibert. 


Dans un futur plus ou moins proche, les IA ou intelligences artificielles vont vraisemblablement bouleverser nos sociétés et bons nombres de professions y compris la conception lumière. A l'atelier H.Audibert, on imagine que de la conception lumière va rapidement évoluer. On verra notamment apparaître des processus d’ajustement, en temps réel, de l’éclairage public afin de préserver les la faune et la flore. En analysant par exemple le nombre d’insectes “piégés” par un luminaire. Mais aussi pourquoi pas en changeant la couleur de la lumière ou en éteignant ponctuellement la source pour les “libérer”, si la sécurité et le confort des usagers le permettent, évidemment. 

Enfin, nous pourrons également concevoir, un jour, des installations artistiques basées sur de la data en temps réel. Nous pensons par exemple à une œuvre cinétique lumineuse qui bougerait en fonction du nombre de personnes qui la regarde reproduisant ainsi des “comportements humains” dans nos créations artistiques. 

L'IA ou intelligence artificielle a un long avenir devant elle, à nous d’inventer la suite ensemble notamment en matière de conception lumière !

 

Σχόλια


bottom of page