• Atelier H.Audibert

Gare de Clichy Montfermeil: faire jaillir la lumière des abymes



Crédit Atelier Roland Castro Sophie Denissof

L’atelier a participé à une candidature aux côtés L’Atelier Roland Castro Sophie Denissof & Associés pour la création de la gare du Grand Paris Express de Clichy-Montfermeil.

Concernant la mise en lumière de cette gare aux profondeurs abyssales, elle a été réfléchie tel un fil d’Ariane qui guiderait le voyageur de l’intérieur vers l’extérieur de la station et réciproquement. Dans le hall de la gare, en surface, l’intensité lumineuse émerge à la fois du sol et du ciel. A travers les trémies d’escalier et d’ascenseur, l’usager perçoit l’énergie des réseaux, le bouillonnement des déplacements, par l’intensité lumineuse qui émane des quais. Il perçoit aussi l’extérieur, le monde qui l’entoure et la lumière du soleil par l’ouverture zénithale. Il descend ensuite à travers le dédale des niveaux en suivant les variations d’intensité lumineuse.

A l’instar du magma, la lumière ne vient pas du ciel mais du cœur de la terre. La gare de Clichy - Montfermeil, incarne ici une ouverture de laquelle jaillit la matière lumineuse. La lumière se propage sur les parois verticales et les plafonds dans un graphisme serein et dynamique se fondant dans le revêtement. La température de couleur est chaude, confortable, domestique. Elle contribue en cela à l’appropriation par chacun des espaces traversés dans une familiarité reposante. Elle donne à lire des espaces clairs.

La lumière est graphique, vivante, mouvante, de couleur chaude et accueillante. L’entrée en gare du train augmente l’intensité lumineuse du quai qui remonte vers la surface. La lumière vit au rythme des vagues générées par le mouvement des trains.

Enfin, la lumière est aussi ludique, joyeuse et joueuse. Des lustres sont suspendus sous les ascenseurs et diffusent leurs lueurs au gré des mouvements. La lumière se fait matière en abordant la surface. De nuit, les rayons laissent entrevoir une lumière jusque sur le parvis et se transforment parfois en luminaires. De jour, la lumière solaire se diffracte en traversant les prismes et vient jouer avec les usagers. Le soleil entre par les rayons et transforme le rythme de l’illumination au gré de ses mouvements, créant une atmosphère accueillante.