top of page
  • Photo du rédacteurAtelier H.Audibert

Mise en lumière de la Tour de l'horloge d'Auxerre


En collaboration avec Opus 5, l’atelier H.Audibert est en charge de la mise en lumière de la Tour de l’horloge d’Auxerre. L’idée était de mettre en valeur la flèche de sorte à redonner du sens à sa fonction primaire de tenir son rôle d’observatoire.

Tour de l'horloge et cadran d'Auxerre éclairés par l'Atelier H.Audibert



L’ancien éclairage de la Tour de l’Horloge ...

La tour de l’horloge a longtemps été mise en lumière à l'aide d'une lumière orangée et très globale. Les projecteurs révélaient la grande Tour de l’horloge, mais laissaient sa Flèche dans le noir. Un éclairage ponctuel faisait ressortir le cadran de l’Horloge tandis que le fronton était, quant à lui, rétroéclairé par des réglettes fluo étanches. Cet éclairage ne laissait pas entrevoir les volumes et les particularités de cet édifice. Les toits n'étaient pas mis en valeur et l’architecture y paraissait aplatie par cet éclairage d’ensemble trop peu contrasté. L’accentuation du cadran central était assez classique, mais fonctionne bien.

Plus largement, la ville d’Auxerre était éclairée avec des lanternes de style en SHP. Le résultat procurait une lumière orangée avec une faible reconnaissance des couleurs.

Cependant la ville affichait une volonté de rénover son parc. Des sources LED avec une consommation plus faible et une meilleure reconnaissance des couleurs avaient été installées sur les parkings alentour. Un design moderne tranchant avec les lanternes de style du centre-ville.


... Et demain ? Les nouvelles technologies lumineuses apportent du mouvement ou de la couleur dans l’éclairage, notamment sur la tour. À l’aide de GOBO nous soulignons les points remarquables de cette architecture de manière très précise. Cela donne l’impression d’une pierre luminescente. Tous les projecteurs GOBO sont équipés de couleurs et de blancs variable de sorte à accompagner des événements festifs autour de ce lieu central composé de tourelles et de toits circulaires propres à l’architecture romantique de Viollet-le-Duc, de par son élève Paul Boeswillwald.

Une mise en valeur de la flèche redonne du sens à sa fonction primaire, être la plus haute tour de la ville et tenir son rôle d’observatoire. L’utilisation d’un blanc neutre (4000°K) tranche avec le reste de la ville et ainsi créer une identité nocturne à cette tour. Par ailleurs, la municipalité a également demandé de pouvoir éclairer la tour avec différentes couleurs en fonction de l'actualité comme octobre rose. L'atelier H.Audibert a donc opté pour une mise en lumière colorée à l'aide de GOBO pour éviter des projections de lumière dans le ciel et ainsi limiter la pollution lumineuse.






Comments


bottom of page